2018-10-20 14:34:23 Freudfistcale Bien heureux de te retrouver en demi-final, j'avoue prendre un plaisir malin à analyser votre secte depuis que vous avez décidé de venir civiliser l'incivilisable. Je pensait que cette retraite était un ingénieux moyen mise en place pour éviter de se frotter au FISC, puis j'ai compris que c'était pour pouvoir se frotter à autre chose... On ne refait pas un religieux, leur relation étroite (puis élargi) avec leur père explique leur comportement. T'aurais mieux fait de rester tâter tes tendres chéris sur ta montagne, cette fois-ci c'est toi qui risque de finir les quatre fers en l'air. Amène toi !
2018-10-20 21:59:38 W.W. Allez mon poulain ! Au bout !
2018-10-21 16:46:03 Freudfistcale Légèrement amoché par son précédent duel, après une longue nuit blanche à analyser son adversaire et à potasser sa stratégie, Freudfistcale se rendit sur le ring pour se livrer à une dernière rixe sanglante. Son adversaire du jour, OuFizoR, confiant de sa force et à peine essoufflé par ses adversaires était déjà prêt à en découdre. Après un premier round à se tester mutuellement sans réellement se livrer. Les deux finalistes se retirèrent dans leur coin. Le deuxième round débuta. Le challenger reçut un sérieux coup de pied dans les couilles... La salle était en ébullition : Thoros : Tue-le ! Bute-le ! Sir Brady : Mon cher OuFizoR, ne t'abaisse pas à ce genre de coup sous la ceinture, en outre, fais preuve de dignité pour lui remonter les bretelles. La victoire n'est rien sans la manière. Robert Uhu : Ressaisit toi camarade !! Comme un billet de 500 dans une liasse de 10, les encouragements de son chef n'échappèrent pas à Freud, ce dernier, évita un direct et riposta d'un crochet dans le menton laissant son adversaire groggy. Il en profita pour lui effectuer une torsion du moyen fessier. Profitant de la brèche ouverte au deuxième round, il abusa violemment de l'intimité dévoilé de OuFizor durant le troisième round, et, sûr de sa victoire, se contenta de défendre sur le round suivant. Freudfistcale, quoiqu'un peu déboussolé par le dernier échange, ne manqua pas pour autant le regard timide et l'odeur de mouille d'une jeune ingénue qui l'observait dans la fosse. D'un geste du doigt il la fit venir près de lui. Sans un mot elle lui offrit un cadeau et repartit en gloussant à sa place FF : "Encore une fille de pute maltraité par son maquereau de père, son gâteau à l'air dégueulasse mais elle risque encore de ressentir un abandon si je ne lui fais pas honneur, on verra si après je l'honore..." Altruiste de nature, il finit d'engloutir le présent quand la cloche retentit. Etourdi après quelques secondes de combat, Freud ne s'était pas rendu compte que c'était Edna, ayant usé des talents de couturier de Sir Brady qui s'était déguisée et lui avait refilé une saloperie... Affaibli physiquement, il commença à subir les coups les plus tordus que OuFizoR, massue tournoyante, retournement de slip, épilation plantaire, arrachage de canine, rien ne l'arrêtait... Au bord du KO, une voix parvint à ses oreilles :
W.W. : Aller mon poulain ! Au bout !
W.W. avait raison pensa Freud, il ne pouvait pas abandonné, et seul son mental pouvait le sortir de là. Il pensa de toute ses forces aux pactole non-taxé que lui procurerait la victoire jusqu'à en oublier ses blessures et se releva, encaissant les pires attaques de son adversaire, il resta debout jusqu'à la fin du combat, puis s'effondra, souillé mais heureux.
Réagir
Phases finales
©2003-2018 Association Tournoi des Héros. Tous droits réservés
Conditions générales d'utilisation | S.A.B.